bouton

 

Si vous suivez un peu l’actualité musicale, vous avez sûrement entendu récemment le nom de Watsky (Georges de son prénom), qui s’est amusé lors d’un concert à Londres à escalader la structure de la salle pour effectuer un saut dans le public de plus de 10 m de haut, s’écrasant violemment sur le sol et cassant au passage le bras d’une de ses fans. 2 jours plus tard, c’est avec cette histoire qu’il ouvre son concert devant un Nouveau Casino à peine à moitié plein, nous racontant qu’il s’agit de la décision la plus stupide de sa vie et qu’il a décidé de continuer sa tournée non pas par manque de respect envers sa victime, mais uniquement pour respecter son engagement envers ses fans.

Watsky au Nouveau Casino (Paris) - 19112013 - 02

Difficile de dire si cet événement a influencé le style scénique de Watsky, mais le fossé entre la sensibilité du show de ce soir et l’esprit fun des albums du rappeur/slameur est immense. Accompagné d’un Backing-band complet, Watsky évite la démonstration technique (et vu la rapidité hallucinante de son flow, il aurait facilement pu tomber dedans) et enchaîne les chansons et les slams sur un ton plus dramatique. Il nous montre également qu’il est capable de s’effacer pour laisser de la place à son groupe, qui partent régulièrement sur des plages instrumentales et autres solos.

Watsky au Nouveau Casino (Paris) - 19112013 - 04

Le show est complet, énergique et le (jeune) public réactif malgré les longues histoire contées en langue anglaise. Je pensais vraiment assister à un concert adolescent, et j’ai en fait été soufflé par une impressionnante maturité scénique à laquelle je ne m’attendais pas.

(Dû à des problèmes de RER et afin de rentrer chez moi à une heure décente, je n’ai malheureusement pas pu assister à la fin du show et surtout au set de Wax, que je ne peux donc vous raconter ici).

Watsky au Nouveau Casino (Paris) - 19112013 - 03

Les photos ont été prises exclusivement avec un Nikon F90x. Les objectifs utilisés sont des Nikkor 24 mm f/2.8 et 50 mm f/1.8, et un Sigma 70-200 f/2.8. La pellicule noir & blanc est une Tmax 400 à 3200 développée dans du D-76, la pellicule couleur une Fujifilm Superia 1600.

Merci à Live Nation pour l’accréditation.

georgewatsky.com

www.waxdotcom.com

www.nouveaucasino.net

Galerie :