Transmusicales de Rennes, édition 2017

Transmusicales de Rennes, édition 2017

Je vois déjà votre étonnement rien qu’à la lecture du titre : « Quoi, Renan et Nico ont déjà fait l’article sur les Trans et n’ont pas attendu 6 mois pour le faire ? » Et oui, 2018 est l’année des bonnes résolutions (pour combien de temps ???).

Venons-en aux faits, les Transmusicales, tout le monde connait donc je ne vais pas faire une énième description du festival. Bon, pour les cancres au fond de la classe, il s’agit d’un des plus grands festivals de découvertes musicales qui a lieu au sein de la capitale bretonne (Rennes, n’en déplaise au Nantais mais c’est un autre débat comme le Mont St Michel d’ailleurs… mais là, je m’égare…). Porté par Jean-Louis Brossard (Wikipédia est ton ami si tu ne le connais pas), le festival regroupe 5 jours de découverte d’artistes de toutes confessions musicales et qui, pour certains, feront les prochaines grandes scènes des festivals français et internationaux.

Analogic, avec sa conscience journalistique bien connue des habitués, vous fera un retour objectif de ce festival…. En fait pas du tout, ce sera super subjectif et bien évidement assumé !

Enfin, les Trans ont été endeuillé par la mort de Johnny, rendons lui hommage au travers de cet article car grâce à lui, beaucoup de photographes ont dû annuler leur venue pour couvrir son dernier show sur les Champs Elysées (ce qui donne beaucoup plus de place dans les fosses photos).

Trêve de palabres en tout genre, , rentrons dans le vif du sujet avec le report de nos envoyés spéciaux, Renan et Nico qui ont dû se battre, armés de leurs seules pellicules, contre les hordes de journalistes de Ouest-France et autres Télégramme.

Comme il y a plein de groupes et que je n’ai plus le jour ni l’ordre de passage, on va utiliser la bonne vieille méthode de l’ordre alphabétique qui a déjà fait ses preuves maintes fois dans le passé.

Et un grand merci à l’équipe des Trans, notamment Anthony et Manon pour, encore une fois, nous avoir permis de ne pas dormir plus de 4 h par nuit pendant 5 jours mais ça valait largement le coup!

 

ABD

On commence par du pur produit local avec ABD qui nous vient tout droit de la ZUP sud de Rennes. Ce rappeur, ben, il fait du rap avec des textes très fleuris capables de choquer un Orelsan. Tu aime le rap et les gros mots? Il est fait pour toi. Sinon, passe ton chemin.

 

Alluri

Marqué par la musique de son pays natal, l’Inde, mais aussi influencé par le rock indé britannique, Alluri nous livre une pop gentillette. Jouant en début de soirée, c’est assez agréable à écouter. Cela reste un bon moment mais pas forcément marquant.

 

 

Bad sounds

Retour dans le monde magique de la musique fluo ou des licornes courent sur des arcs en ciel… Sans parler du magnifique jogging d’un des chanteurs… C’est une pop très colorée remplie de sons électroniques. Perso, rien de bien convaincant…

 

Columbine

Grand phénomène de l’internet avec notamment plusieurs millions de vues sur Youtube, ce collectif rennais était plus qu’attendu (et pas seulement par le public, big up à notre amie photographe Elodie). C’est l’exemple type que tout ce qui se trouve sur internet n’est pas forcement bien !!! Tu aimes Salut c’est cool ? Tu aimeras Columbine. Mais si comme moi, tu as des remontées gastriques à l’évocation de Salut c’est cool, tu auras aussi la nausée… Comme disait ma grand mère, il en faut pour tous les goûts… perso, je ne suis pas sûr…

 

Gili Yalo

Ethiopien d’origine habitant à Israël, Gili Yalo nous propose un métissage de genre musicaux (sonorités traditionnelles et jazz éthiopiennes, psychédélisme, soul, pop, reggae). Il chante en plusieurs langues (amharique, hébreux, anglais), on se laisse facilement embarqué dans son univers. Un bon moment de musique.

 

Kiddy Smile

Danseur, styliste, musicien puis DJ, Kiddy Smile nous a proposé un concert pour les amateurs de Voguing (Wikipedia est et restera ton ami). Sosie de Magloire, surtout dans sa combinaison ultra moulante, il crée une musique de club plutôt bien faite. N’oublions pas pas les danseuses et danseurs habillés assez court pour l’hiver prenant certaines positions qui aurait faire un AVC à Christine Boutin (ce qui, entre nous, ne serait pas forcément une mauvaise chose…). Ce n’est pas vraiment mon délire mais c’est assez sympa à voir (pas longtemps quand même).

 

Krismenn

Véritable métissage entre les tradition bretonnes et des sons modernes (rap, beatboxing), c’est un nouveau projet du breton construit sur des guitares blues et des rythmes électro-hip hop. Univers très sombre, il a su m’accrocher. C’etait vraiment un concert sympa.

 

Lakuta

« Lakuta est un collectif d’une dizaine de musiciens d’origines diverses (Kenya, Tanzanie, Ghana, Malaisie, Espagne, Royaume-Uni) faisant dialoguer et fusionner des musiques qui se sont enrichies en voyageant pendant des décennies entre Afrique, Caraïbes, Amérique Latine et États-Unis (afrobeat, funk, soul, jazz, salsa, reggae, zouk…). »  Tout est dit dans leur description. Ca swing, ça donne envie de bouger. Le boulot est fait et plutôt bien.

 

Make-Overs

Un power duo, madame à la batterie et monsieur à la guitare. Ça vous rappelle rien ? Feu Les Bandes Blanches ( The Whites Stripes pour ceux qui vivent au fin fond des montagnes Kirghiz…). Ce groupe venant d’Afrique du Sud envoie, comme on dit chez nous, grave du pâté. Riffs de gratte efficaces avec un tempo bien lourd envoyé par la batterie tenue par un bûcheron…heu non, par Madame qui n’a, d’ailleurs rien d’un bûcheron. On s’imagine dans une salle humide qui pue la transpi et la bière en train de bouger la tête (toute ressemblance avec l’Ubu sera fortuite). Vous l’avez compris, j’ai kiffé comme dise les jeunes.

 

Menthine

Particularité des Trans, jamais la musique ne s’arrête.Quatre halls de concert, où concerts et DJ interset se suivent afin que la musique ne s’arrête jamais. Menthine fait parti de ces DJ qui jouent entre chaque concert d’un hall. Encore une fois un pur produit rennais, Menthine nous propose un set entre house et techno. J’avoue que je n’écoute pas du tout les interset donc je ne pourrais rien en dire. Vous pourrez quand même admirer la magnifique bouche pour le concert de Kiddy Smile (sosie de Magloire cité précédemment).

 

Modestamente

David Sztanke, la tête pensante de feu Tahiti Boy & The Palmtree Family, et Tunde Adebimpe, la voix puissante de TV On The Radio, se sont retrouvé pour monter le projet Modestamente. Projet avec un potentiel je pense mais malheureusement, s’agissant d’un projet tout neuf, peut être un certain manque de rodage en live qui a fait perdre un peu de sa magie… A voir peut-être sur d’autres prestations.

 

Oki Dub Ainu Band

Venu tout droit du pays du soleil levant, ce japonais revisite la musique traditionnelle aïnou avec des sons dub, reggae ou électro… Accompagné de son tonkori, instrument traditionnel à cordes en voie de disparition qui rappelle la cithare, il nous fait voyager et le fait encore mieux que FRAM. Un vrai bon moment de musique du monde, à la fois traditionnelle et moderne.

 

Oreskaband

Continuons avec le pays du soleil levant et les énergiques Oreskaband (c’est le moins qu’on puisse dire…). Six Japonaises qui sautent partout sur des airs de ska. Rajouter à ça des lumières pas terribles et beaucoup de fumée, que dire ? C’est un phénomène, c’est rigolo à voir mais musicalement, c’est vraiment du J-ska. Donc sincèrement, ça ne sert pas à grand chose mais comme elles sont hyper communicatives, ça donne envie de bouger les popotins (j’avoue, sur leur reprise de Toxic, le bas de ma fesse gauche a remué…). A voir en live pour se marrer mais pas plus….

 

Snapped Ankles

Marty, la Delorean ! Et oui, avec Snapped Ankles, nous voila en plein guerre du feu. En tout cas, c’est ce que rappellent les costumes… Bon pourquoi pas me direz vous ! Musicalement, c’est la même sauce. Du krautrock aux forts relents chamaniques. Tu consommes régulièrement de l’ayahuasca ou du yagé (pour les intimes) ? Je pense que Snapped Ankles est fait pour toi ! Moi, je suis plutôt allé boire une bière…

 

Swedish Death Candy

Avec ma bière à la main (ce qui est complètement faux car les deux concerts ne se suivaient pas mais c’est pour avoir une cohérence rédactionnelle…), direction Swedish Death Candy.  C’est un mélange de rock psychédélique, d’acid rock, du shoegazing avec un background punk. Ça fait beaucoup mais il le font bien et j’ai trouvé ça cool. Bon moment (avec ma bière imaginaire).

 

Tanika Charles

Soul ! Je parle bien évidemment du type de musique (oublions cette histoire de bière imaginaire). Donc c’est de la soul classique de plutôt bonne facture. Une grande énergie sur scène, ça groove. Le job est fait de la plus belle des manières.

 

The Daniel Wakeford Expérience

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une belle expérience qui a su me happer. Pour resituer le contexte, Daniel Wakeford est autiste (syndrome d’asperger) et il a décidé de monter un projet avec que des musiciens souffrant de troubles de l’apprentissage. Alors oui, les mauvaises langues diront qu’il chante parfois faux. (Didier Super et Didier Wanpas sont pas mal dans le genre… Que des chanteur qui ont un prénom qui commence par un D, je crie au COMPLOT des illuminati, forcément !). Malgré cela, il distille une super énergie, bien rock anglais, et hyper communicative. Ils étaient heureux d’être sur scène et nous, nous étions heureux de les entendre (c’est l’instant cœur avec les mains).

 

 

Tank and the Bangas

Direction Brooklin avec l’héritage musical afro-américain : du blues et du jazz jusqu’au R&B ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça envoie à mort ! Deux chanteuses hyper charismatiques balancent un flow énorme. Un super bon moment!

 

Thor and Friends

Thor Harris, ex-percussionniste chez les SWANS, était de passage en Bretagne pour débuter sa tournée. Deux dates pendant les Transmusicales : une première en concert dans les halls du parc expo puis une suivante le lendemain pour une conférence aux Champs Libres sur la musique « répétitive ». Moi (Renan), j’ai beaucoup apprécié les deux, avec une préférence pour la seconde car c’est de la musique qui s’apprécie au chaud et bien assis. Le groupe est formé de Thor Harris et des xylophonistes Peggy Ghorbani et Sarah Gautier ainsi que d’un violoniste. La musique, c’est de la percussion, des longues nappes de musique répétitive entrainant une presque transe mais avec beaucoup d’harmonies assez inattendues. Certains diraient que c’est pompé sur Steve Reich, je trouve le raccourci un peu court, oui Steve Reich a lui aussi usé jusqu’a la corde le principe de la répétition. Ici ce n’est pas que ça, il y a aussi comme dit plus haut des harmonies et des sons qui font que la musique jouée est originale.

 

Viagra Boys

« Après une poignée de titres et de concerts chaotiques à souhait, ce septuor devient très vite une sensation underground de la capitale suédoise. Qualifié de post-punk, le groupe joue une sorte de punk rock rugueux et hypnotique qui soutient les scansions hargneuses et incantations fiévreuses de son chanteur Sebastian Murphy. » Je crois que tout est dit. C’est du punk bien lourd comme on l’aime avec un chanteur on ne peut plus charismatique. Seul petit bémol, le petit problème technique qui a très légèrement cassé l’énergie du concert. Mais on s’en fout !!!! Punk is not dead !

 

Sans oublier ce public magique des Trans! (note à moi-même, la prochaine fois, je viens avec une hache pour couper toutes les mains qui font le signe de JUL….)

 

Juste un petit mot du coauteur (surtout pour les photos pour le coup). Mes trois coups de coeur vont à Thor & Friends, très beaux sets (soir et après midi). Très touché aussi, comme Nicolas,  par The Daniel Wakeford Experience, une pop/rock indé de belle tenue, un chant assez faux, mais une sincérité touchante, un plaisir d’être sur scène partagé avec un public conquis. Je classerais cela entre Daniel Jonhston et Jonhatan Richman (sans les Modern Lovers) pour la candeur du chant. Et mon gros coup de coeur à savoir Viagra Boys, un post-punk suédois de haute volée, qui sait se renouveler. Les disques ne sont pas faciles à trouver (2 EPs) mais je vous les conseille vivement. Je ne vais pas revenir sur ce qui ne m’a pas plu, ce serait trop long (rires).

 

De mon coté (Renan) les photos noir & blanc ont été faites avec un contax G1 sur de la fuji néopan 1600 poussée à 3200 et developpée dans du tmax (je ne recommencerai pas, beaucoup trop de grain), Les photos / portraits en couleurs ont été réalisées avec un Fuji GA 645 Zi (prété par un bon ami, Nico, que je remercie) sur de la kodak portra 400.

Du mien (Nico) , j’ai utilisé seulement mon F80 avec la mythique TRIX 400 poussé à 1600 (on est au Trans quand même!). Le développement s’est fait dans du Tmax dans un labo qui me sert aussi (parfois) de salle de bain.

 

Galeries complètes

ABD

 

 

Alluri

 

Bad sounds

 

Columbine

 

Gili Yalo

 

Kiddy Smile

 

Krismenn

 

Lakuta

 

 

Make-Overs

 

Menthine

 

Modestamente

 

Oki Dub Aïnu Band

 

Oreskaband

 

Snapped Ankles

 

Swedish Death Candy

 

Tanika Charles

 

The Daniel Wakeford Expérience

 

Tank and the Bangas

 

Thor and Friends

 

Viagra Boys

By | 2018-01-16T16:19:53+00:00 janvier 16th, 2018|Concerts|0 commentaires

About the Author:

Laisser un commentaire