Voir toutes les photos

The Aggrolites, c’est des mecs qui font du son jamaïcain, comme celui qu’écoutaient les skinheads Anglais en ’79, sauf qu’ils se sont formés en 2002 à Los Angeles. Signés chez Hellcat Records (une succursale d’Epitaph gérée par Tim Armstrong de Rancid, The Aggrolites jouant d’ailleurs comme backing band sur l’album solo de ce dernier), le groupe a rapidement eu un succès fulgurant auprès des amateurs de reggae/rocksteady old school.

 The Aggrolites au Batofar (Paris) - 16072013 - 03

 

Grosse chaleur devant le Batofar ce soir là, mais malgré ça tout le monde a sorti sa plus belle chemise Ben Sherman et ses DM les plus brillantes. Heureusement que la plupart des crânes sont rasés pour gagner un peu de fraîcheur ! Comme d’habitude ici, la salle met du temps à se remplir mais une fois cela fait, la température deviens rapidement insupportable. Pourtant, quand le groupe arrive sur scène, le public est déjà déchaîné, ça danse et saute furieusement, les slams s’enchaînent (il y’aura même un mec pendu au plafond avec une agilité déconcertante). L’ambiance est furieuse et le groupe balance ses tubes (Dirty Reggae, Mr Misery…) les uns après les autres sans marquer la moindre pause. A noter, une reprise du classique Liquidator sous les acclamations du public. Après 1h40 et plusieurs hectolitres de sueur déversés, le groupe sort de scène et laisse le public épuisé.

The Aggrolites au Batofar (Paris) - 16072013 - 13

 

 

Pour les photos, j’ai utilisé un F90x avec un Nikkor AF 24mm f/2.8 , et mon fidèle Yashica Mat 124G. Les pellicules sont des Tri-X 400 pour le 35mm et des Tmax 400 pour le 120, toutes  poussées à 3200 ISO pour compenser la faible lumière du Batofar.

 

Merci au Batofar pour l’accréditation.
Galerie :