En pleine tournée en Europe, le groupe Songhoy Blues dernière trouvaille du producteur Marc-Antoine Moreau, s’est présenté au public grenoblois à la Bobine le 26 février dernier. Peut-être avez vous déjà eu l’occasion de voir ces jeunes Maliens, ou de seulement lire bon nombre d’articles parlant d’une « Tempête du désert ». Pour ma part je suis d’abord tombé sur des chroniques présentant leur participation au projet musical transcontinental « Africa Express presents Maison des jeunes » produit par Damon Albarn (Blur, Gorillaz) et Brian Eno en collaboration avec Nick Zinner (Yeah Yeah Yeahs). Trois jours avant le concert leur premier album « Music in Exile » sortait chez Transgressiverecords. Voici donc quelques clichés de la performance de ces jeunes.

 

 

Scan-150301-0003

 

Les Songhaï – ou Songhoy – sont l’une de ces ethnies qui vivent le long des rives de la grande rivière Niger, entre les anciennes villes de Tombouctou. Le titre de l’album (la musique en exil) est une référence directe à l’histoire de ces garçons originaires de Gao et de Tombouctou, villes situées au nord du Mali. Lorsque la région est soumise aux islamistes, le groupe doit se réfugier dans le sud du pays, où il gagne sa vie en assurant l’ambiance dans les bars bamakois.

« En 2012, le nord du Mali connaissait une grave crise avec l’invasion des jihadistes » dit le chanteur Aliou Touré, « La musique y était censurée. Nous sommes partis en exil dans le sud».

L’électrique Soubour, écrit avec le guitariste Nick Zinner du groupe américain Yeah Yeah Yeahs, devient le hit du disque Africa Express presents Maison des Jeunes.

 

Scan-150301-0001

Ces jeunes musiciens au grand coeur sont affamés et leur talent surgit sur scène de façon brutale, ils sont touchants et souhaitent partager leur exil douloureux mais revendicatif. En les voyant on sait qu’ils nous enverraient tous nous coucher d’épuisement tant leur blues-rock électrique du désert et leur balades acoustiques vous accrochent et ne vous lâchent pas avant la fin du concert.

 

Scan-150301-0012

Vous serez sans doute impressionnés par leur prestance et leur humilité, quand tellement heureux, ils voyagent pour la première fois pour partager leur musique et défendre la liberté et le vivre ensemble.

« On nous demande souvent si nous faisons une musique révolutionnaire. Elle l’est peut-être dans l’énergie que nous apportons mais pas dans la composition ni l’acte de sensibilisation » dit le guitariste Oumar.

 

Scan-150301-0017

Les Songhoy Blues jouent 1h15 et c’est la fête, le public est réceptif et plutôt hyper content. On a même eu droit à la cover du célèbre morceau Aidu de Ali Farka Toure. Les babacools grenoblois nombreux mais pas trop ce soir ont pu verser leur petite larme et sauter sur place (en même temps) comme a leur habitude.

 

Scan-150301-0004

 

Les photos on été prises avec un Leica M6 et un 50mm f/1.5.  La pellicule est une Fuji Neopan 400 forcée à 1600 révélée dans du Ilford LC29 à 20°c.

Merci à La Bobine de me donner l’opportunité de faire des photos dans cette chouette salle de concert.

https://www.facebook.com/SonghoyBlues

http://www.transgressiverecords.com/artists/detail/songhoy-blues