Dans quelques jour arrive la fête de la musique avec sa multitude de concert à chaque coin de rue et pour l’occasion l’équipe d’analogic vous a préparé un petit article. En effet s’il y a deux choses que l’on aime bien chez analogic ce sont les sels d’argents et les riffs de guitare. La fête de la musique est donc l’occasion d’allier les deux et de vous inciter, oui vous lecteur, à suivre le mouvement.

 

36 poses pour vous forcer à écouter.

Que vous preniez un 24×36 ou un moyen format il y a une chose qui ne changera pas. Vous serez limités en nombre de photos. Avant de crier au loup regardez les avantages que cela vous apporte. Vous serez moins tenté de passer le concert derrière votre viseur et plus tentés d’écouter et regarder ce que vous avez devant vous. Une aubaine pour le mélomane que vous êtes, et pour vos voisins qui n’auront pas à subir le crépitement de votre rafale.

 

C’est une fête amateur pourquoi ne pas en profiter pour tester autre chose sans pression.

En effet en plus d’être une possible excuse (si on en a vraiment besoin) pour sortir dans la rue lors de la fête de la musique votre appareil ne demandera pas d’autorisation pour être utilisé. La rue appartient à la rue, oublions donc les demandes d’accréditations des salles de concerts et les obligations de résultats. Rien de mieux que de profiter de cette liberté soudaine pour tester autre chose et vous faire plaisir à prendre ce que vous voulez et comment vous le voulez.

Don’t chimp.

Je vous vois venir « don’t chimp? quésaco? ». Il s’agit en réalité d’une expression pas mal utilisé par nos amis anglo-saxon pour décrire le comportement consistant à constamment regarder son écran LCD au lieu de se concentrer sur la scène que l’on prend en photo. En français ça donne ne fais pas le chimpanzé. Mais quel est le rapport avec l’écran LCD vous aller me dire. En faite la comparaison vient du mouvement répétitif à faire l’action qui peut faire penser à un chimpanzé. Mais pourquoi vous dis-je cela? Vous aurez remarqué qu’un appareil argentique ne possède pas d’écran, ce qui empêche de prendre cette mauvaise habitude. Du coup comme pour le premier point, vous avez plus de temps pour profiter du concert et c’est plus agréables pour vos voisins (personne n’apprécie à la longue pendant un concert quelqu’un qui se met devant lui pour regarder son écran).

Pour ceux qui auraient peur de cette absence d’écran je citerais un célèbre film parodique de science fiction H2G2 et vous dirais, « Don’t panic » (ne paniquez pas). En effet la photo vous l’avez réfléchi, cadré et choisi pourquoi serait-elle ratée? Imaginons maintenant que la photo soit techniquement ratée (ou imparfaite), serez-t-elle pour autant inintéressante? Beaucoup des photos qui ont traversé les âges sont des photos, qui, techniquement, sont imparfaites, mais qui sont universelles. Enfin dernier point très important, vous avez le droit de rater. Personne ne viendra vous engueuler si une photo de votre pellicule est ratée. On apprend plus de ses échecs que de ses réussites et plus vous ratez plus vous serez près de la photo réussie.

 

Faites vous plaisir et ne vous prenez pas la tête.

Point le plus important pour moi c’est de se faire plaisir à prendre des photos. Avec l’argentique fini les 1 000 photos à trier, fini les « ah je suis moche, efface la photo », fini les questions « comment donner un look vintage à mes photos? » chaque pellicule a sa touche personnelle, fini les « c’est retouché? » et les exemples sont légion.

Vous l’aurez compris tous ces points sont certes plus anecdotiques qu’autre chose, il reste que l’argentique permet de se libérer la tête de plein de préoccupations afin de se focaliser sur l’image et ce que l’on veut prendre en photo. Peut importe d’où vous venez, essayer l’argentique est facile de nos jours. On peut trouver d’occasion des bonnes choses pour pas cher. Bien que les boutiques ayant pignon sur rue ont tendance à monter énormément les prix des pellicules ils en existe encore qui proposent des tarifs corrects (avec pignons sur rue et sur internet). Il existe des laboratoires dans toute la France pour vous permettre de développer vos pellicules (plus le fait que vous pouvez le faire vous même). Bref vous n’avez plus d’excuse pour ne pas essayer. Mais attention l’essayer c’est l’adopter.

Partagez avec nous grâce au hashtag #analogicFDLM

Cet article vous a convaincu d’essayer ou vous êtes déjà un convaincu partagez nous vos photos en visibilité public avec le hastag #analogicFDLM sur facebook, twitter et instagram. On compte sur vous pour nous aider à mettre en avant la musique et la photo argentique par le biais de cette fête de la musique 2015. Mais surtout faites le en vous amusant.

 

Matériel

Toutes les photos ont été prises avec de la tmax 400 poussé à 1600 avec un leica m4-2 et un 35mm.

 

Un petit mot pour la fin.

Pour revenir aux classiques d’analogic les photos illustrant cet article ont été prises à Londres dans la rue de Portobello Road. Le groupe à la une de ce post est un groupe Londonien faisant beaucoup de concert dans la rue. Il s’appelle the Ogre Melogies. Vous pouvez les écouter via ce lien.

http://ogremelodies.bandcamp.com/

Si vous êtes parisiens et que photographier avec un holga pendant la fête de la musique ne vous fait pas peur, n’hésitez pas à vous inscrire au concours photo de Nation Photo.

http://www.nationphoto.com/spip.php?page=concours.

Cet article ne parle pas beaucoup de technique et pour cause ce n’est pas vraiment le propos de celui-ci. Si vous voulez davantage de conseils pour vous mettre à l’argentique n’hésitez pas à aller voir nos amis parisiens de Dans Ta Cuve.

http://www.danstacuve.org/2015-06-04-5-raisons-daimer-le-numerique/