Le festival Soy (Sound of Yamoy) nous réserve souvent de bonnes surprises. Il y a deux ans, j’avais pu voir Godspeed You Black Emperor dans cette belle salle qu’est le Lieu Unique à Nantes. L’année dernière, j’avais loupé The Fall & surtout Yo La Tengo, mais on ne peut pas être partout. Cette année, c’était la venue de Sebadoh que j’avais apprise avant même de savoir que c’était dans le cadre du festival. Evidemment, Sebadoh à Nantes, je ne pouvais pas laisser passer ça. Groupe fétiche (pour moi) de l’Indie rock américain des années 90 avec des albums incontournables comme Bubble & Scrape, ou encore Bakesale et j’en oublie (sauf Harmacy). Bref, c’est en tant que fan que je me dirigeais vers Nantes avec des copains qui éprouvaient autant de plaisir que moi à aller voir ou revoir Sebadoh.

 

Arrivés un peu tard au Lieu Unique, je ne verrais que la fin de YoungHusband et je ne me permettrais pas d’émettre un quelconque jugement, ce que j’en ai vu ne m’a pas emballé mais c’est tout ce que je dirais. Pas de photos non plus, le temps de sortir l’appareil, d’y mettre une pellicule et c’était fini.

Perfect Pussy

Perfect Pussy

 

 

Par contre, j’avais peur de revoir Perfect Pussy. Enfin, peur est un bien grand mot, je me demandais surtout comment ce soi-disant groupe de rebelles emmenés par la jeune Meredith Graves allait nous servir leur Punk Hardcore de pas très bonne facture, sur scène surtout, je ne les ai pas encore écoutés en studio. Mais j’en avais déja parlé pour le report sur la route du rock où j’avais déjà subi le groupe et son manque de qualité de son. Là ce fut pareil, durant la première partie du concert la voix était parfaitement inexistante, et le seconde partie j’en regrettais presque la première sans la voix. Bref, pas grand intérêt. Le groupe passait aussi au Pitchfork festival à Paris et vous allez pouvoir lire plein d’articles sur eux.

Sebadoh

Sebadoh

Bon, passons aux choses sérieuses: Sebadoh arrive sur scène. Lou Barlow (chanteur et guitariste) plus barbu et chevelu que jamais, Jason Lowenstein sa casquette vissée sur la tête et un nouveau batteur que je ne connaissais pas mais qui était très très efficace. Ils feront un concert de plus ou moins une heure et demie, qui fût un régal. Gimme Indie Rock comme second morceau et hop le tour est joué. Ceux qui connaissent bien Sebadoh sont ravis, titre phare de l’album III du groupe, le jouer dès le départ inaugure un concert qui ne sera pas rempli juste du dernier album. Et c’est en effet une avalanche de vieux titres tel que Rebound, Soul & fire ou d’autres dont je n’ai plus les titres en tête. Mais même le très moyen On Fire tiré du très moyen Harmacy faisait plaisir à entendre. Petit passage d’instruments entre Lou Barlow et Jason Lowenstein (Basse et Guitare) pour quelques morceaux écrits et chantés par Lowenstein qui font leur effet. Puis c’est le rappel et la fin. Retour sur Rennes heureux d’avoir assisté à un très bon concert d’un groupe qui n’a plus grand chose à prouver et qui, sur scène, se défend très très bien, mieux que certaines rebelles dont d’ici un an ou deux nous aurons oublié le nom.

Sebadoh

Sebadoh

 

Merci au Lieu Unique, au Festival Soy, à Matthieu et David pour m’avoir accompagné.

Toutes les photos ont été réalisées avec mon nikon F100 et de la Tmax 400 poussée à 3200 isos. Développées maison dans du révélateur tmax.