bouton

 

Il l’avait pourtant annoncé, mais ça n’a pas empêché les fans d’êtres surpris. Pour son 4ème album Amour Massif paru en Mars, Nosfell est sorti de Klokochazia, son monde à lui dont il nous racontait les histoires autant sur disques qu’en concerts. Plus pop peut-être, mais toujours magnifiquement écrit, l’album enchaîne les perles chantées cette fois en français et anglais, avec sur certains morceaux la complicité de Dominique A et Dick Annegarn.  Mais pour que l’évolution soit complète, il faut qu’elle se confirme sur scène. C’est donc un Nosfell transformé que l’on retrouve à La Maroquinerie pour ce concert débutant la tournée.

 Nosfell à La Maroquinerie - 02

Accompagné de ses musiciens Thibault Frisoni (guitare et trucs électroniques ; qui joue aussi sur l’album) et Donia Berriri (clavier, choeurs), et mis en valeur par des panneaux réflecteurs créant une ambiance lumineuse sublime mais malheureusement un peu trop tamisée pour la photo argentique, Nosfell entre sur scène avec Ij køliv… , l’intro de l’album. Rapidement, on ressent ce fameux changement : beaucoup plus à l’aise, beaucoup plus communicatif qu’auparavant, Nosfell ne se laisse même pas intimider par les quelques problèmes techniques et problèmes vocaux (sur Fathers & Foes) qui viendront s’immiscer dans le concert sans le ternir le moins du monde.

Nosfell à La Maroquinerie - 03

Alternant les ambiances, entre anciens morceaux et nouveaux, parfois seul avec sa guitare, parfois accompagné d’un déchaînement électrique à en faire trembler les murs comme sur une version hallucinante de son chef d’oeuvre Rubicon, la setlist donne pourtant une impression d’homogénéité totale. Nosfell est plus que jamais capable de nous emmener exactement là où il souhaite, au fil des modulations de sa voix qui passe de la clarté à la puissance en moins d’une demi-seconde.

Nosfell à La Maroquinerie - 11

Pour ponctuer la montée en puissance du concert, Nosfell viendra à 2 reprises se déchaîner au milieu de la fosse, comme pour montrer qu’il est maintenant bien avec nous et plus à Klokochazia. « J’ai juste grandi », nous confiera-t-il à la sortie du concert. Effectivement.

Nosfell à La Maroquinerie - 07 Nosfell à La Maroquinerie - 05

Voir la setlist sur le facebook de Nosfell.

Pour les photos, 2 problèmes majeurs, expliquant un peu le niveau moisi des images présentées ici : la lumière, superbe mais très difficile. Et surtout, surtout, je n’ai jamais réussi à faire de bonnes photos d’artistes que j’aime. C’est une malédiction (ou un manque certain de talent, mais je préfère la première explication). En tout cas, j’ai utilisé comme toujours un Nikon F80, et des pellicules Kodak Tmax 400 poussées à 3200 dans du révélateur Tmax.

Merci à Nosfell et Furax pour l’accréditation, avec une mention très spéciale pour copains-pistons Emilie Girondon-Wino (« Maman-gigot ») et Manu Wino (allez voir ses photos du concert, infiniment meilleures qui les miennes). 

http://www.nosfell.com/

www.furax.fr

www.lamaroquinerie.fr

Galerie :