Le Festival This Is Not A Love Song en 36 poses

Le Festival This Is Not A Love Song en 36 poses

 

Retour sur l’édition 2018 du TINALS (petit nom du festival This Is Not A Love Song) qui s’est déroulée à Nîmes au début du mois de juin. Pour cette sixième année (voir le reportage du TINALS 2017 ici), procédons à un petit récap’ en 36 photos issues de la quarantaine de concerts donnés pendant ces trois jours, sans compter les ateliers de fabrication d’instruments de musique, de confection de couronnes de fleurs ou de street art à base de pelotes de laine.

 

Jour 1

 Ce premier jour confirme que c’est avec les vieux pots qu’on fait le meilleur son grâce aux sets parfaits de Sparks et The Jesus & Mary Chain. On retient aussi DYGL et Warmduscher dans des genres très opposés alors que le Beck cuvée 2018 est plutôt ennuyeux.

Jour 2

Bonne énergie ce deuxième jour avec John Maus en guise d’apéritif, suivi de The Buttertones et leur rock tout droit sorti d’un film de Tarantino.  En ce samedi soir, on peut compter sur Black Bones, Ecca Vandal et Phoenix pour faire bouger têtes et bassins. La Suède nous balance une grosse claque avec Viagra Boys, un groupe de post-punk plein de guitares, de synthés et de sax.

Jour 3

Le soleil du dimanche accueille les groovy Park Hotel. Ensuite place à deux déceptions : un concert de Deerhunter programmé trop tôt devant un public pas encore en forme, et Cigarettes After Sex dont la prestation scénique est très très très statique. Ezra Furman livre un show complètement schizophrène alternant énergie pop, envolées de diva habitée et gueulantes éraillées sur fond de sax furieux. Les Breeders font le job même si seules les soeurs Deal ont l’air contentes d’être là. La claque du jour vient d’Idles, c’est même un KO tant l’énergie balancée par le groupe est gigantesque.

 

En résumé, on peut établir plusieurs éléments :

  • Le Tinals parvient encore à afficher une programmation osant les grands écarts entre la soul fraîche de Cosmo Pyke et le hardcore furieux de Dead Cross
  • Le saxophone a de nouveau la cote (Viagra Boys, Ezra Furman, The Buttertones)
  • Ne jamais passer après Idles dans un festival même si tu es Mike Patton
  • Je regrette d’avoir raté Francobollo
  • Beck est officiellement vieux (en plus de chanter faux)

 

Instant technique : les photos ont été prises avec des Nikon F100 et F80, un Hasselblad 500CM sur divers films (Rollei Retro 80S à 80 ISO et 400S à 400 et 1600 ISO ; Ilford Delta 400, HP5 et Foma 400 à 1600 ISO) développés dans du LC29.  

By | 2018-07-11T12:52:26+00:00 juillet 11th, 2018|Concerts|0 commentaires

About the Author:

Charles, 37 ans, basé à Lyon. Plutôt argentique, plutôt rock, plutôt bière. http://www.charlesfaitdelaphoto.com/

Laisser un commentaire