Le festival Invisible – 16-19 Novembre 2016 – Brest

Le festival Invisible – 16-19 Novembre 2016 – Brest

Chaque année pendant la morne période automnale, il se passe à Brest un chouette moment dans cette ville pas comme les autres. Un festival qui apporte non seulement son lot de découvertes, mais aussi des valeurs sûres que nous n’avons pas la chance de voir ailleurs. Ce festival s’appelle Le Festival Invisible. Pourquoi invisible ? Sans doute pour la promotion d’artistes non pas invisibles mais sans doute trop peu mis en valeur par les circuits habituels. Et cela fait onze ans que ça dure, onze ans de défrichage sonore et visuel par les fondateurs du festival, à savoir Maëlle Le Gouefflec et son mari Arnaud Le Gouefflec dont vous avez déjà entendu parler sur Analogic pour son travail avec Jorge Bernstein & les pioupioufuckers, mais aussi David Crenn le président et programmateur avec Vincent Le Guilloux.

Je n’ai pas pu assister à tout le festival car il se déplace sur 6 lieux et sur plus de trois jours. Je ne vous raconterai donc que les deux soirées à la Carène.

La « soirée gentille (mais un peu méchante quand même) » avait lieu le vendredi soir à la Carène. Le premier groupe à monter sur la petite scène du hall était Le Ton Mité. Groupe belge formé autour du chanteur américain d’origine MacCloud Zicmuse, une musique un peu barrée que je situerais quelque part entre du Rythm’n’blues et du Lo-Fi. Très bien en concert, le chanteur, passant du chant au cri et à la flûte, avait quelque chose de touchant et le groupe était à la hauteur du sieur !

Le Ton Mité

Le Ton Mité 

Le second groupe qui, lui, jouait dans la petite salle est une collaboration de la « one woman band » Emilie Quinquis d’origine brestoise qui officie sous le joli nom de Tiny Feet et le groupe Chapi Chapo Orchestra qui fait de la musique pour les grands avec des jouets pour les petits. Je connaissais bien les deux albums du groupe Chapi Chapo et les petites musiques de pluie et j’avais eu la chance de les voir en concert sur Rennes, concert excellent d’ailleurs. Le concert du « Big Band » était vraiment bien, la réunion de la chanteuse et des joueurs de jouets et de vrais instruments aussi m’a d’abord fait penser à Portishead, du Pj Harvey aussi un peu, mais au final ce n’était ni l’un ni l’autre, c’était juste une chanteuse et un groupe dans leur propre univers, et malgré un ou deux morceaux chantés en breton, j’avoue que ça m’a touché.

tiny-feet-1

Tiny Feet & Chapi Chapo Orchestra

Et arriva sur scène l’un des trucs les plus cool et class à la fois du festival: Calvin Johnson, le fondateur du label K et la voix et le fondateur de groupes géniaux tels que Halo Benders (avec Doug Martsch de Built To Spill), Beat Happening mais aussi celui qui a sorti et chanté sur le meilleur et sans doute le seul bon album de BECK (One Foot In The Grave). Bref, c’est un héros qui prend le micro et chante sur une bande son qu’il a lui même concoctée. C’est en fait son projet Narcotic Dub Sound System mais avec lui seul, sans les musiciens. C’est un peu déroutant au départ, un grand type qui est seul sur scène sans autre instrument que son micro et qui chante sur une bande son pas dégueu. Puis on écoute car c’est quand même Calvin Johnson, on se surprend à hocher la tête et finalement on s’y laisse bien prendre, c’est même super bien. Il utilisera aussi un melodica (piano à vent) pour accompagner sa bande son.

Calvin Johnson

Calvin Johnson

Fin de soirée avec BEAK>, le groupe de Geoff Barrow (Portishead) va jouer son Krautrock bien entêtant dans la grande salle. Je ne pourrai pas vous montrer de photos, les piles de mon appareil photo ont décidées de me lâcher juste avant le concert. Le concert est chouette mais nous sommes à Brest et le public brestois a dû faire un peu peur à Geoff et ses copains. En effet, le public a commencé à s’énerver. Pourquoi? Je ne le saurais pas. La bière aidant sans doute, certains ont commencé à vouloir se battre. Je ne verrais pas la fin du concert préférant la sortie à la baston.

Je reviens le lendemain au même endroit pour assister au premier concert de la soirée, à savoir Cantenac Dagar. Duo un peu bruitiste et répétitif qui utilise pour un des musiciens un banjo avec parfois un archet pour jouer, quant à l’autre il utilise des cloches, un lecteur de K7 et un instrument dans lequel il souffle (je n’ai pas réussi à définir ce que c’était) puis une boite à rythmes. C’est bien. Au début ça me fait penser au groupe France et, du coup, de loin à Steve Reich et sa musique répétitive, puis ça part dans un gros beat limite techno et on revient sur une chose plus brutale, bruitiste, noise. Ce fut une bonne découverte.

Cantenac Dagar

Cantenac Dagar

Cobra était au départ prévu pour jouer ce soir, mais ils ont annulé, et ils ont été remplacé par Jessica 93. Je voyais ça d’un bon oeil. Je n’ai rien contre Cobra, ils ont un ou deux morceaux vraiment sympa mais ça ne casse pas trois pattes à un canard. Du coup, Jessica 93 alias Geoffroy Laporte n’est pas venu seul mais en trio avec une seconde guitare et une basse et toujours sa boîte à rythmes. Je l’avais vu seul, c’était vraiment très bien. Là aussi c’est bien mais au final ce n’est pas mieux en trio. Trop de bruit, les morceaux s’enchaînent plus facilement, il n’est plus obligé de faire ses boucles au début de chaque morceaux mais perso j’ai moins apprécié que la première fois, trop brouillon.

Jessica 93

Jessica 93

La soirée continue avec les disques passés par monsieur DJ Claude Madame, toujours de bon goût, avant de retrouver le Père UBU. Sur scène, David Thomas, le membre fondateur de ce mythique groupe de Cleveland, est assis comme à son habitude avec une bouteille de vin et un verre posé à coté de son siège. Ce soir là, il n’avait pas sa tête des bons jours. Il commence son set, puis quelques minutes plus tard interrompt ses musiciens pour marmonner des trucs et surtout enlever ses chaussures puis chaussettes, se lever et montrer ses chaussettes au public. Et le concert reprend, ce n’était pas la même formation derrière David Thomas que la dernière fois où je les avais vus, des bons musiciens pourtant mais ils ne devaient pas être en adéquation avec l’humeur chafouine du chanteur qui passa beaucoup de temps à les engueuler. Un concert un peu mou, souvent des morceaux assez récents et pas grand chose de l’énergie des premiers albums, dommage.

Père UBU

Père UBU

Puis c’est au tour de Housewives de monter sur scène après un set du DJ Claude Madame. Ca commence dans le noir, une musique syncopée, bruitiste, et pas facile pour les gens qui ne savaient pas à quoi s’attendre, plus proche de la No-wave ou du punk arty, le groupe joue ses morceaux dans le noir ou sous une bande de néon stroboscopique, bref niveau photo je ne tente même pas le coup, je ne vais pas niquer de la pellicule pour du noir complet.

Encore une belle édition de ce festival invisible, toujours ouvert à la découverte, toujours content de ramener dans ses filets une vieille star toujours dans le coup, accompagnée de groupes qui continuent leur bout de chemin hors des feux des projecteurs. C’est sûr, ce n’est pas un festival avec des artistes qui feront la Une des Inrockuptibles demain mais, en fait, c’est beaucoup mieux comme ça.

Un grand merci à l’équipe du festival : Arnaud et Maëlle Le Gouefflec, les programmateurs cités plus haut, l’équipe de la Carène, les copains brestois que je ne vois pas souvent, et les artistes. Merci aussi à Odette Picaud pour son décor toujours beau et un peu inquiétant. Et comment ne pas oublier l’inénarrable Thierry Tanguy vendeur de disques, et divers choses hifi, qui, non content de se promener avec des tenues léopard ou un t-shirt rose bonbon pendant le festival, a réussi à monter sur scène et à improviser au micro pendant Jessica 93, Le Ton Mité ou encore Calvin Johnson provoquant le rire de certains et l’agacement de beaucoup d’autres, merci Thierry, ce fut drôle et parfois même assez bon !

Thierry Tanguy

Thierry Tanguy & Jessica 93

Toutes les photos ou presque ont été prises avec un Nikon F100 sur de la Kodak tmax 400 poussée à 3200 iso et développée maison dans du révélateur Tmax.

 

By | 2016-11-29T14:07:58+00:00 novembre 28th, 2016|Concerts|0 commentaires

About the Author:

https://www.flickr.com/photos/renphotographie/sets

Laisser un commentaire