bouton

 

Mercredi, c’était à la MJC de l’Antipode que commençait le festival de la Route du Rock. Depuis quelques années, la session hiver débute à Rennes avant de retourner vers sa ville habituelle: Saint Malo. Une « petite » soirée pour une bonne mise en bouche avec notamment Michel Cloup, ancien chanteur de Diabologum et de Experience, et deux autres choses sur lesquelles je ne reviendrai pas ici. Je n’avais pas encore trouvé la possibilité de le voir, c’était donc une première. J’ai beaucoup écouté Diabologum, et je les écoute encore. Je pensais que voir Michel Cloup seul sur scène me rappellerait un peu le groupe. Et bien non, c’est en duo guitare/batterie qu’il se présente sur scène, et c’est musicalement très bon. Le batteur frappe fort, et la guitare n’est pas en reste. C’est plutôt au niveau des textes que je suis déçu. Je les trouve un peu naïfs et je ne suis pas le seul. Mais l’ensemble est bien cohérent, juste ne pas se fixer sur le chant mais plutôt sur la musique.

Michel Cloup route du rock hiver -1

Michel Cloup

Suivent dans la soirée les bordelais de Petit Fantôme, membre des Crane angels, de François & The Atlas Mountain, le groupe distille une pop française, que je ne sais pas à qui comparer. « On » m’a dit La Femme, je n’irais pas jusque là ! Mais contre toute attente, j’ai trouvé ça assez bon.

Petit Fantôme route du rock hiver -2

Petit Fantôme.

Les Crystal Stilts conclueront la soirée, soi disant un mélange de Velvet Underground et de rock sixties, le tout en mélodies sombres. Dans le texte ça avait l’air très bien, mais sur scène, comment dire, non ! Le chanteur, les yeux dans le vague, chante comme s’il était tout seul, les musiciens font ce qu’ils peuvent. Je me demande ce qu’ils ont pris car le chanteur n’a pas dû boire que du petit lait et fumer des cigarettes: il est défoncé. Je ne joue pas l’ingénue, je sais que souvent avant de monter sur scène, dans les loges ça envoie, mais là c’est pitoyable ! Le concert est chiant !

Crystal stilts route du rock hiver -1

Crystal Stilts

Je laisse passer la soirée du jeudi soir, un ciné concert sur le film « Le petit fugitif » avec le guitariste signé sur le label Constellation. J’avais autre chose à faire et c’est bien dommage car la soirée s’annonçait prometteuse.

piano chat + route du rock hiver -1

Piano Chat

Vendredi soir, direction Saint Malo et la salle de la Nouvelle Vague. Piano Chat a remplacé Willis Earl Beal, à ma grande déception. Mais Piano Chat, c’est quand même vachement chouette ! Cela a beau faire une bonne demi douzaine de fois que je le vois sur scène, je trouve ça toujours aussi bien, voire de mieux en mieux. Piano Chat est le projet solo de Marceau Boré. Seul sur scène, il utilise batterie, clavier, guitare et voix, créant des boucles sur lesquelles il ajoute des mélodies et se fait tantôt hurleur tantôt enjôleur. Vraiment très bien et, comme à son habitude, Piano Chat finira son set au milieu du public avec son petit piano jouet

 

Les anglais de Traams investissent la scène, entre punk et Krautrock, le trio guitare/basse/batterie joue fort. Je les aurais classés entre du Gang Of Four et the Fall mais sans l’intelligence du premier et la voix du second. Silver Mount Zion Memorial Orchestra, les canadiens, nous joueront un concert sans grande surprise. Le quintet composé d’un batteur, de deux violonistes féminines, d’un bassiste/contrebassiste, et de Efrim Menuck chanteur guitariste et chef de file de son autre projet God Speed You Black Emperor. Les morceaux sont tirés du nouvel album, et ils ne joueront aucun de leurs tubes à mon grand dam. Reprise tout en psychédelisme et noisy rock avec les américains de The Warlocks. Deux guitares, une basse et la batterie font du bruit, un bruit assez sale. Le chanteur Bobby Hecksher rappelle un peu Anton Newcombe des Brian Jonestown Massacre.

setlist The Warlocks-1

Setlist de The Warlocks

Pour la fin de la soirée, nous avons droit à Marvin. Les montpelliérains, venus spécialement en Bretagne pour la Route Du Rock, sont non seulement connus pour être dans les groupes français qui font partie de la nouvelle scène noise avec leurs compères Papier Tigre, Electric Electric, Pneu et autres, mais ils sont aussi connus pour faire partie de la Colonie De Vacances avec justement les trois groupes cités plus haut. Ceux qui ont eu la chance d’assister à une représentation épique de cette Colonie s’en souviennent encore je pense. Les claviers et une des deux voix sont tenus par Emilie, Fred à la guitare et au chant ? Puis Greg à la batterie. Très bon concert, de l’énergie, des mélodies détricotées, et un jeu de guitare au tapping qui sonne métal années 80.

Marvin

Marvin

Petite journée de repos au soleil à Cancale, puis de retour le samedi soir dans cette salle bien pensée qu’est la Nouvelle Vague (ancien Omnibus). J’arrive dans la salle alors que la chanteuse anglaise Cate Le Bon vient de commencer son set. C’est une réelle et bonne découverte. Tendance folk, la jeune songwriter est touchante par ses morceaux épurés, mais aussi avec ses mélodies pop.

Cate Le Bon

Cate Le Bon

Passer derrière cet instant précieux n’est pas chose aisée, surtout pour le duo KVB. Une jeune femme au clavier et un jeune homme à la guitare et au chant et beaucoup de vidéos. Le style varie entre de la pop tendance shoegazing (My bloody Valentine par ex) et le gothique pop. Un peu déroutant, je ne trouve pas ça mauvais mais j’ai du mal à rentrer dedans, je pense que les morceaux prendraient plus d’ampleur avec une vraie section rythmique.

The KVB route du rock hiver -2

The KVB.

La salle continue de se remplir, le public attend le phénomène Breton, pas la région mais le groupe anglais. Mais c’est d’abord Eagulls qui viennent déverser leur punk. Enervé le chanteur ne lachera pas le morceau avant la fin de son set, toujours en train de s’écorcher la voix, pendant que le reste du groupe joue une espèce de post punk tenant plus de Wire que d’autres choses. C’est bien, mais peut être assez répétitif.

Eagulls route du rock hiver -1

Eagulls

Et c’est le moment tant attendu par nombre de festivaliers. La soirée du samedi s’annonçait complète depuis quelques temps et c’est sans doute dû, pour partie, à l’effet Breton (pas seulement certes). On peut penser que la venue des anglais qui annonçaient leur nouvel album avait aidé à vendre nombre de places. Ils sont bons et sympas les grands bretons. Ils savent y faire. Le premier morceau est le titre phare de leur nouvel album. Puis suivent leurs « tubes » : Pacemaker et Edward the confessor. Sympa comme tout le chanteur Roman Rappak qui remercie le public à chaque morceau ou presque. Ils sont ravis d’être là, comme partout ou je les ai vus passer. C’est bien ça un groupe chaleureux, ça fait du bien à un public qui paie cher sa place et qui peut parfois se retrouver en face de groupes/chanteurs qui font la gueule ou qui n’ont l’air de jouer sur scène que pour le cachet. Là c’est le contraire ça en devient presque obséquieux. Mais c’est vrai Roman accueille les fans après le concert, prêt à poser devant des smartphones et dédicacer albums etc… Gentil comme tout le garçon.

Breton route du rock hiver -2

Breton

La soirée continuera avec Jackson and his Computer Band, seule signature française sur le label Warp, il fait comme son nom l’indique un peu de l’électro avec un ensemble de grosses machines en plexiglass. Bon, autant vous l’avouer: pour que l’électro m’intéresse, il faut vraiment que ce soit un truc qui passe bien direct. J’ai un peu de mal avec ce genre de musique. Certains copains que j’ai croisés par la suite trouvaient ça vraiment bon. Je n’ai pas du tout accroché. Sur ce, je ne verrai pas non plus Clara 3000 qui faisait danser les gens jusqu’à six heures du matin.

setlist de Breton

setlist de Breton

Très bonne session de la Route du Rock hiver cette fois ci, plein de bonnes choses découvertes, des talents confirmés, de la pop, de la folk, du punk, du post rock, de l’électro, bref un peu de tout pour tout le monde mais sans tomber dans la facilité et toujours avec ce souci de faire jouer la scène indépendante et intéressante.

Toutes les photos noir et blanc ont été réalisées à l’aide d’un nikon F100 et de la kodak tmax poussée à 3200 isos et développée maison. Les photos couleurs ont été faites avec un contax G1 et de la kodak portra.

Merci à l’équipe de l’Antipode et celle de la  Route du Rock, à Fred Rock  (que je recommande pour toute information sur quasi toutes les sessions de la route du rock depuis le début, et tous les premiers noms de celles à venir).

Galerie :