Julia Kat, Trokson. Lyon, mars 2015. (Contax RTS II, Zeiss planar 50mm 1,4. Ilford Hp5+ @1600 / D76 stock).

 

Julia, quand elle chante tu l’écoutes et puis, quand le silence arrive, tu l’écoutes encore.

Elle t’agrippe, elle t’attrape, elle fait dans les sentiments, ceux qui te donnent la chair de poule, ceux que tu avais oublié, ceux qui te mettent en colère, ceux qui rendent triste, ceux qui donnent espoir. Bien plus efficace que n’importe quelle thérapie, la voir chanter devrait être remboursé par la sécurité sociale. Bienvenue dans son monde, très personnel, très retenu, très intimiste.

 

 

Mais Julia ce n’est pas que de la douceur, il faut que toute cette délicatesse se déchaîne. Pour cela il y a eu Black Luna jusqu’en 2014 où elle battait le rythme derrière les fûts sur des sons psychédélico-garage. Le line-up a changé, le groupe existe toujours.

img147

Black Luna, Summer sessions Transbordeur. Villeurbanne, juillet 2014. (Contax RTS, Zeiss planar 50mm 1,4. Kodak Tri-x @1600 / D76 stock).

 

Et puis, à la guitare cette fois-ci, on la retrouve dans Little Garçon. Ici c’est ceinture et bretelles, du rock-garage pur jus. Un power trio dont on reparlera très vite. Julia Kat n’a pas les griffes dans sa poche, va pas lui voler sa bière !

scan156

Little Garçon, bar des Capucins. Lyon, février 2015. (Contax RTS II, Zeiss planar 50mm 1,4. Ilford Hp5+ @1600 / D76 stock).

 

Pour le moment seulement trois morceaux sur son bandcamp. Il en faut beaucoup plus, trop ce n’est jamais assez quand c’est bon. En live c’est beaucoup plus consistant. La mise en scène est simple et raffinée, au service d’une exécution parfois fragile mais d’une cohérence totale avec l’atmosphère musicale. Julia Kat s’expose, à vif, elle donne beaucoup.

 

Bandcamp Julia Kat

Facebook Julia Kat

Bandcamp Little Garçon

Facebook Little Garçon

 

Julia, quand elle chante tu l’écoutes et puis, quand le silence arrive, tu l’écoutes encore. Tu entends ?