bouton

 

Rien ne sert de mentir, et autant mettre les choses à plat dès maintenant : je n’ai jamais écouté un seul album d’Higelin. Ma première expérience de ce chanteur s’est faite il y’a seulement 3 ans dans cette même salle lorsque ma maman, fan depuis son jeune âge (au temps jadis), m’avait forcé demandé de l’accompagner au concert qu’il donnait le jour de ses 70 ans. Bien que réellement épuisant (presque 3h45 de show, le salopard était plus en forme à 70 ans que moi à 24), j’avais trouvé le concert époustouflant d’énergie et le bonhomme vraiment attachant.

Jacques Higelin au Zenith de Paris - 26112013 - 03

Aujourd’hui, c’est dans un Zenith en configuration réduite rempli à peine à moitié (un placeur me parle de 2500 places vendues sur les 7000 de la salle) qu’il se produit. Higelin aime la scène, il l’aime même trop. Après avoir rempli 2 fois le Casino de Paris en Juin et fait le tour de toutes les salles de province et de banlieue parisienne, Jacques aurait dû prévoir que ses fans ne pourraient se déplacer ce soir : en effet, 2 ans me semblent être le minimum requis pour soigner ses courbatures aux jambes et ses maux de pieds après un concert de 4h.

Jacques Higelin au Zenith de Paris - 26112013 - 02

Bref, cela ne semble aucunement gâcher sa fête, et Higelin entrera sur scène avec un sourire immense en chantant Délire d’Alarme issue de son dernier album sorti en début d’année. Et c’est bien cet album qui sera à l’honneur, avec pas moins de 8 titres joués (dont la sublime Balade Au Bord De l’Eau, Etre Là Etre en Vie ou encore Duo d’Anges Heureux avec Sandrine Bonnaire en guest). Entre les chansons (et même pendant, en fait) il enchaîne les anecdotes et les histoires avec tout le naturel qu’on lui connaît. Tout cela semble n’être que du plaisir pour lui, et on a l’impression de voir un musicien qui joue pour se marrer devant sa bande de potes. Et en parlant de potes, il invitera son ami Eric Serra à jouer de la basse sur Œsophage Boogie, le musicien délivrant une prestation époustouflante à laquelle Jacques ne restera pas insensible, arrêtant de chanter pendant 5 bonnes minutes pour le laisser jouer (« écoutez-moi ce son… Ça prend aux tripes »).

Jacques Higelin au Zenith de Paris - 26112013 - 06

Après 2h30 de concert et un final sur une version géniale de Champagne uniquement aux piano + percussions, Higelin quittera la scène avant d’être évidemment rappelé par son public. Une seule chanson sera jouée, oui, mais une version très largement rallongée d’Irradié avec sa fille Izia histoire de ne pas nous laisser sur notre faim. Encore un grand concert.

Jacques Higelin au Zenith de Paris - 26112013 - 07

Pour parfaire cette soirée, le shooting était particulièrement agréable bien que très court sur les 3 premiers morceaux. De la lumière, et surtout de belles attitudes à capturer. Les photos ont été réalisées avec un Yashica Mat 124G pour le format carré, et un Nikon F90x avec 24 mm f/2.8 et Sigma 70-200 mm f/2.8 pour le format 135. Toutes les pellicules sont des Kodal Tmax 400 poussées à 1600.

Merci à Sony pour l’accréditation.

www.jacqueshigelin.fr

Galerie :