Guerilla Poubelle + Johk + Traverse au Plan B (Poitiers) – 14/08/2016

par Florian DENIS

Guerilla Poubelle + Johk + Traverse au Plan B (Poitiers) – 14/08/2016

« Un shot cul sec de sincérité et de générosité », voilà comment je résumerai ce deuxième concert de Guerilla Poubelle que j’ai eu l’occasion de vivre. La première fois, c’était dans des conditions bien différentes puisqu’en festival ; un festival certes de taille modeste (le feu-Léz’Arts Scéniques), mais tout de même trop gros pour vivre pleinement ce que propose le groupe.

Et ce qu’ils proposent, c’est tout simplement un concert de punk-rock dans sa définition la plus épurée qui soit. De la sueur, de la musique vécue à 200%, et surtout de la communication avec les gens qu’ils ont en face. Ici, je ne parlerai pas de « public », car à un concert de Guerilla Poubelle il est difficile de faire la traditionnelle opposition entre « le public » et « le groupe » tant l’échange est permanent.

Pour cette première date à Poitiers de leur histoire (« en 805 concerts et 13 ans d’existence« ) et dernière date de leur tournée, Guerilla Poubelle étaient accompagnés des parisiens de Traverse et des locaux de Johk. Ici, pas de scène démesurée ni de séparation : Le Plan B est un bar/resto culturel qui sert des boissons bio et équitables et qui propose une scène minuscule juchée à 20 cm du sol, longée d’une bibliothèque et éclairée uniquement avec des luminaires Ikea-style au dessus de la batterie. Vous excuserez donc la qualité désastreuse des photos, qui illustrent bien les conditions de prise de vue : pas de lumière en dehors de la batterie, bloqué sur les côtés pour essayer de ne pas faire chier le monde avec mon 1,90 m planté devant la scène, et gêné par les pieds de micro. Fait notable, le concert était à prix libre.

C’est donc Traverse qui entament la soirée. Groupe d’Indie-punk assez récent puisque formé en 2015, on sent pourtant que les mecs sont loin d’être des débutants : la maîtrise mélodique est certaine, les chansons s’enchaînent en restant immédiatement dans la tête, et on a ce sentiment étrange d’avoir assimilé le morceau dès la fin du premier refrain alors qu’on ne l’avait jamais entendu avant. Bref, Traverse c’est cool, et ça mérite grandement que vous alliez y jeter une oreille.

 

Traverse_LePlanB_14082016-05

Traverse

 

Traverse_LePlanB_14082016-02

Traverse

 

Traverse_LePlanB_14082016-04

Traverse

N’ayant pas pu me placer correctement à temps, je n’ai malheureusement pas de photos de Johk pour illustrer leur concert. Et c’est bien dommage ! Musicalement, on fait la jonction entre Traverse et Guerilla Poubelle : le côté mélodique et les structures travaillées du premier et la hargne pessimiste gueulée du second. Leur musique mérite une écoute un peu plus approfondie au calme pour être pleinement appréciée mais la qualité du live en donne clairement envie. Mention spéciale au bassiste bien communicatif.

Le concert de Guerilla Poubelle pose une question majeure : est-ce qu’on doit les considérer comme une exception parmi tous les groupes de rock qu’on va voir jouer d’habitude ? Ou bien au contraire est ce qu’ils représentent la norme de ce que devrait être un concert de rock, ce qui impliquerai donc que tous les autres groupes soient à côté de la plaque ?

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-04

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-11

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-28

Guerilla Poubelle

C’est simple, les mecs donnent tout ce qu’ils ont à offrir, que ce soit beau ou pas, que ce soit joyeux ou triste. Ils transpirent par hectolitres, au point qu’il est impossible de savoir à quoi ils carburent pour tenir 1h de concert à ce rythme. Ils sont attentifs à tout ce qui se passe devant eux, ils jouent avec tout le monde et réagissent à toutes les sollicitations. Ils échangent des regards, des gestes, des paroles avec les gens en permanence. C’est une connexion réellement dingue à voir, même quand on est habitué aux concerts de punk en petite salle.

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-15

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-26

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-27

Guerilla Poubelle

Mais surtout, ils veillent à ce que tout le monde puisse s’amuser dans le respect et la sécurité, et se lancent dans une vraie croisade contre l’intimidation. Et ça, c’est vraiment inédit : au moindre problème dans la fosse, ils arrêtent le concert et le règlent : « hey mec, sortir un briquet pendant un pogo, c’est pas la meilleure idée qui soit », « pogotez plus doucement les gars, tout le monde n’est pas un grand costaud en Fred Perry, et y a des gens qui ont peur d’avancer à cause de vous », ou encore « à moins que ce soit ta copine consentante, on attrape pas les filles comme ça, je t’ai à l’œil ». Sans jamais utiliser un ton moralisateur, ils rappellent simplement à ceux qui l’ont oublié que dans un concert de rock, comme dans tout autre endroit, l’intimidation et les rapports de force entre les gens sont des problèmes de société profonds contre lesquels ont doit lutter sans cesse.

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-20

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-17

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-22

Guerilla Poubelle

La setlist couvre tous les albums du groupe : Il faut repeindre le monde en noir (La fin suffira), Punk = existentialisme (Punk rock is not a job, Cogne sur un flic pas sur ta femme, Tapis roulant), Amor Fati (Novembre, Pire père, Nulle part c’est chez moi), et même deux extraits du dernier EP, Inferno.

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-23

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-19

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-18

Guerilla Poubelle

Pour le dernier morceau, l’hymne Prévert, Kosma, ParisGuerilla Poubelle invite les musiciens de Johk sur scène pour célébrer la fin de la tournée, avec Till Lemoine qui chantera quasiment tout le morceau depuis le public puis debout sur le bar avant que tout le monde ne finisse le concert à se faire des câlins sur scène.

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-02

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-03

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-01

Guerilla Poubelle

 

Guerilla_Poubelle_LePlanB_14082016-29

Guerilla Poubelle

Ce concert a été pour moi exceptionnel, et c’est vraiment malheureux. J’aimerai voir bien plus souvent pareilles humanité et sincérité.

Note technique : toutes les photos ont été faites avec de la Tmax 400 poussée à 3200 (révélateur Tmax à 24°C). Le boîtier est un Nikon F80 avec un Sigma 24-70 f/2.8 .
Remerciements : Le Plan B, pour programmer des soirées pareilles à prix libre. Et la Guerilla Asso pour sortir autant de bons disques si peu chers. Sans déconner, allez écouter/acheter des trucs : http://www.guerilla-asso.com/

 

By | 2017-03-26T10:37:03+00:00 août 14th, 2016|Concerts|0 commentaires

About the Author:

www.floriandenis.com

Laisser un commentaire