bouton

 

Tu aimes les costards-cravattes, les Ray-Ban Wayfarer, la Gomina et bien sûr le Rock’n’Roll, mais tu as besoin de musique neuve car tes vinyles de Roy Orbison et Buddy Holly sont trop usés pour être encore écoutables ? Pour combler ta peine, la Haute-Savoie a décidé de t’offrir Gaspard Royant. Un revival 50’s à lui tout seul, mais loin d’être un pâle imitation : son premier album « 10 Hits Wonder » tout juste sorti du four est comme son nom l’indique une collection de pépites originales, merveilleusement composées et produites, et surtout sans une once de ringardise. Pour présenter cette sortie, Gaspard et son équipe nous avaient concocté un belle Release Party au Nouveau Casino.

Pour ouvrir le bal, les 2 secrétaires 50’s sexy de The Buns étaient parfaitement dans le ton.

The Buns au Nouveau Casino - 10

Leurs compositions à deux voix de rock’n’roll garage sont terriblement bien exécutées. Le son gras de la guitare de Molly Jin couplé à la batterie typiquement 50’s de June Cooper sont la parfaite combinaison pour chauffer un public tel que celui de Gaspard Royant.

The Buns au Nouveau Casino - 01

Mention spéciale au morceau « The True Story Of Molly Jin & June Cooper » et sa fin furieuse, qui ont rapporté les ovations du public au duo. Pour ne rien gâcher, et chose peu courante dans cette salle, des lumières superbes mettent parfaitement en valeur les musiciennes.

The Buns au Nouveau Casino - 05

The Buns au Nouveau Casino - 02

Le Nouveau Casino est plein à craquer quand Gaspard entre sur scène à son tour, accompagné de 4 musiciens (guitare, basse, batterie et clavier) tous aussi classes que lui. Première surprise : sa voix est d’une clarté et d’une justesse qui impressionnent, et il s’exprime dans un anglais parfait. Lorsqu’il n’a pas les mains occupées par sa guitare,  Gaspard n’hésite pas à mouiller le costume et bouge furieusement sur sa musique, et le public déjà conquis en fait de même.

Gaspard Royant au Nouveau Casino - 04

Finalement, le mot « revival » ne convient pas pour définir sa prestation : loin de forcer l’imitation d’un époque, Gaspard Royant et son groupe nous y transporte le plus naturellement du monde. Il enchaîne les tubes, qui s’impriment immédiatement dans nos têtes aux côtés de ces grands classiques que l’on a écouté 1000 fois, et qui ont nourri sa musique.

 Gaspard Royant au Nouveau Casino - 03

Comme tous les bons concerts, celui-ci sera trop court ; on aurait aimé l’écouter chanter jusqu’à plus soif. Mais en voyant les réactions dans la salle, il est certain que Gaspard Royant a trouvé son public à Paris, et les occasions de le voir en découleront. En attendant, je conseille fortement à ceux qui ne le connaissent pas encore d’aller jeter une oreille à son album. Pour encore prouver qu’il n’est pas bloqué dans une époque révolue, l’album est disponible en écoute sur Spotify : Gaspard Royant – 10 Hits Wonder . Une excellent mise en bouche avant de l’acquérir en vinyle, évidemment. 

Gaspard Royant au Nouveau Casino - 08

Gaspard Royant au Nouveau Casino - 02

Pour les photos, les Kodak Tmax 400 poussées à 3200 dans du révélateur Tmax sont toujours aussi efficaces. Les clichés moyen format ont été réalisées avec un Yashica Mat 124G, les 35 mm avec un Nikon F80.

Merci à David de Bellevue Music pour l’accréditation.

https://www.facebook.com/thebunsofficial

https://www.facebook.com/gaspardroyant1

http://www.nouveaucasino.net/
Galerie :