Festival des Vieilles Charrues 2016

Festival des Vieilles Charrues 2016

Les Veilles Charrues, a-t-on encore besoin de présenter ce festival qui a lieu dans le pays du bout du monde?

Pour ceux qui ne connaissent pas (ça existe?) il s’agit d’un des plus grands festivals français qui a lieu chaque année à Carhaix, dans le département du Finistère.

4 jours de festival avec plus de 60 artistes et 278 000 festivaliers, ça fait beaucoup (trop?) de monde pour la petite ville de 8000 habitants.

Et pour enfoncer le clou, le festival soufflait ses 25 bougies. Chose exceptionnelle, il a fait chaud et beau tout le week-end. Même pas une goutte de petite pluie bretonne rafraîchissante.

Tout ca pour dire que que l’édition 2016 a été  exceptionnelle.

Penchons nous maintenant sur la programmation. Bon, comme tout festival,  il y a en pour tous les goûts. Cette année est peut être plus politiquement correct, il y a eu des trucs énormes et des accidents de programmation on va dire.

Malgré mes 5 TRI-X, je n’ai pas pus tout shooter alors j’ai choisi les groupes qui, soit étaient vraiment cool (donc que j’ai aimé) ou certain groupes pas trop mal où on pouvait utiliser du film.

 

Je vais donc, non pas prendre les groupes par ordre chronologique de passage, mais plutôt par intérêt personnel (je m’en fous, c’est moi qui écrit!).

 

On va commencer par Ladylike Lily. Comme j’ai pu lire dans les Inrocks, « La Bretagne fourmille de légendes peuplant les rêves effrayés des gamins du pays. Orianne Marsilli, alias Ladylike Lily, semble les avoir réunies et traduites dans son langage de féerie. » Je crois que tout est dit. Une jolie jeune demoiselle qui fait des chansons toute mignonnes. J’ai surtout pris des photos d’elle car c’était le premier concert et je voulais lancer ma péloche. Y a t’il un intérêt? Pour un début d’aprèm, au soleil posé avec une bière : oui. Mais ça fait un peu trop hippie pour moi…

ladylike-lily-nico-m-photographe-4

 

On continue avec Louis-Jean Cormier. Je ne connaissait pas ce Monsieur et je crois qu’à l’heure où j’écris ces lignes (certes très tardive), je me souviens plus de lui. Je pense donc que sur le coup, ça devait être sympa mais pas au point de me marquer. En réécoutant, on est dans la même veine que Ladylike Lily. Une petit folk toute mignonne. Je crois que le soleil des festival breton a réveillé mon coté hippie. Pour ma défense, il faut dire que c’est quand même assez rare donc j’ai du faire une insolation « hippiesque ».

louis-jean-cormier-nico-m-photographe-3

 

Bref, maintenant on rentre dans le lourd avec nos monuments Souchon Voulzy. Au début, j’avoue, ça me faisait marrer de me dire que j’allais shooter le couple « Souchy ». Mais bon, force est de constater que l’on connait toutes leurs chansons. L’entrée sur scène avec J’ai dix ans a fait son petit effet. Je serais mauvaise langue si je vous disais que j’ai trouvé le concert tout pourri. Même si Laurent est droit comme un piquet (je ne veux pas savoir pourquoi…), Alain lui est chaud. On dirai presque un punk. Même s’il est vrai qu’après Ladylike Lily et Louis-Jean Cormier, un mec qui lève le point, ça fait super punk! Bref, c’était un moment sympa qui m’a fait retourner en enfance.

souchon-voulzy-nico-m-photographe-2

 

On continue le moment nostalgie avec les Insus. Bon, il faut dire que les papis du rock français ont encore la patate et que leurs batteries sont loin d’être déchargées contrairement à nos téléphones actuels. Ok la blague est plus que pourrie, si vous voulez vous pouvez m’envoyer des figues à la tronche. Petit bémol pour notre Jean-Louis qui a quand même pris un sacré coup de vieux! Niveau mise en scène, c’est sobre.  Et le coup de la Terre gonflable géante sur un Un Autre Monde, c’était une bonne idée et ça m’a bien fait marrer!

les-insus-nico-m-photographe-7

 

Vient ensuite Jeanne Added. Il y a deux ans, j’avais eu l’occasion de la voir lors des Transmusicales dans la petite salle de L’Aire Libre où elle était en résidence. Je dois dire qu’elle a fait du chemin depuis cette époque. En effet, elle a eu le droit à la Mainstage des Charrues, excusez du peu ! Comme toujours, il y a des trucs que j’adore comme son titre War is coming et d’autre pas du tout. Surtout lors de ces incursions dans le monde des pousses-bouton… pardon, de l’electro. Ca reste cependant très plaisant avec une belle scénographie.

jeanne-added-nico-m-photographe-3

 

Ibrahim Maalouf. Chaque fois que le voit en festival, il donne l’impression d’un OVNI. Jazz Man jusqu’au bout des doigts, c’est un grand artistes et malgré le fait qu’il soit sur la mainstage, il a su vraiment embarquer le public sur un style musical par forcement abordable au premier abord. En plus d’être un grand musicien, il a aussi un grand cœur et défend corps et âme l’apprentissage de la musique. En effet, l’école de musique de la Côte d’Emeraude, où il était intervenu, a perdu les subventions de la ville de Saint-Malo. Indigné, il a laissé une place aux élèves et aux professeurs maintenant à la rue pour se faire entendre aux Vieilles Charrues. J’avoue, ça a touché mon petit coeur de rockeur car j’ai découvert la musique grâce à une école ressemblant fortement à celle ci.

En tout cas, j’ai beaucoup aimé son concert qui change de ce que l’on peut écouter en festival.

ibrahim-maalouf-nico-m-photographe-7

 

On continue avec le coté jazzy avec les énormes Too Many Zooz. Avec deux sets, un sous le chapiteau et un autre sur scène, ils sont juste énormes. Je sais, je me répète mais parce qu’ils sont vraiment énormes. Un trio composé d’un saxophone baryton, d’une trompette et de percussions, il ont fait leurs premières armes dans le dédale du métro new yorkais. Après leur première date française au festival Au Foin De La Rue et un passage plus que remarqué au Transmusicales, c’est logique qu’il passe aux Vieilles Charrues. Bon, objectivement, c’est une tuerie! Ok, je ne le suis pas du tout objectif mais comme dit plus haut, je m’en fous, c’est moi qui écrit!

too-many-zooz-nico-m-photographe-6

 

Ensuite, vient le tour de mes chouchous : Jambinai. Là aussi, encore une découverte Transmusicales qui m’avait beaucoup marqué.  잠비나이 (Jambinai en coréen) est un groupe de post-rock sud-coréen. Il présente la particularité d’utiliser des instruments modernes (guitare électrique, batteries, basse) et traditionnels (haegum et geomungo). Programmés sous le chapiteau, le lieu est parfait pour leur musique envoûtante. Petit bémol, je les ai trouvé un peu en dessous niveau énergie par rapport à leur prestation au Trans. Mais malgré cela, ça reste vraiment un groupe génial à voir et revoir sans modération.

jambinai-nico-m-photographe-10

 

Dominic Sonic. Accompagné du bassiste et du guitariste des Bikini Machine et du Batteur d’Apochela (Ex Wankin’ Noodles), c’est du 100 pour 100 breton! Dominic Sonic nous envoie du rock’n’roll. Ca joue, la guitare envoie du bon gros riffs. Du bonheur pour les oreilles. Je n’ai rien d’autre à dire que c’était vraiment un bon concert.

dominic-sonic-nico-m-photographe

 

On continue sur le rock avec The Kills.  Formé par la chanteuse américaine Alison Mosshart et le guitariste anglais Jamie Hince, c’est typiquement un groupe de garage rock ! Alison a toujours été persuadée qu’ils étaient des âmes sœurs avec Jamie, stupéfiée par leurs points communs. On peut dire que sur scène, on la voit leur complicité ! Cependant, à la suite d’un accident, Jamie Hince se blesse le majeur de sa main gauche. Après avoir subit six interventions chirurgicales pour la soigner et avoir douté de leur capacité à remonter sur scène, ils nous ont fait un concert de malade. Un super moment!

the-kills-nico-m-photographe

 

C’est au tour des enfants terribles du rock anglais : The Libertines. Formé en 1997 à Londres par Carl Barât et Pete Doherty et séparé en 2004, les revoilà avec un nouvel album. Alors, la question, c’est de savoir s’ils allaient déjà réussir à trouver la scène, réussir à monter dessus et à jouer pendant 1h15. Les deux premières difficultés, les Libertines ont passé outre. En ce qui concerne la capacité à jouer, c’est autre chose… Entre le batteur qui se plante de chanson, les pains à la gratte et la voix parfois un peu limite, c’est resté un pur concert. Et puis, un concert propre n’aurait pas été un concert des Libertines. Après on aime ou on aime pas mais on est obligé de ressentir quelques choses pour ce concert. Moi, j’ai aimé!

the-libertines-nico-m-photographe

 

Et maintenant, on arrive à THE CONCERT! Je nomme bien évidemment The Pixies! Que les choses soit claires, je suis un P%**$$ de fan donc ça a été LE meilleur concert de tout le festival! Plus sérieusement, ce sont de purs américains. Ça vient sur scène, ça joue avec qualité (même si il y a quelques pains notamment sur Hey) mais très peu d’échange avec le public. Mais ce n’est pas grave car le mélange des voix de Francis Black et Kim Deal et les riffs de gratte tellement caractéristiques m’ont donné des frissons. Bref, je réitère, le meilleur concert !

the-pixies-nico-m-photographe-5

 

Et on va finir par le concert qui était le plus attendu, en tout cas, au sein d’Analogic. Je veux bien évidemment parler de Louane. Alors, pour dire au revoir, Louane et moi, on vous fait des cœurs avec les mains.

louane-nico-m-photographe-2

Galeries

Ladylike Lily

Louis-Jean Cormier

Souchon – Voulzy

Les Insus

Jeanne Added

Ibrahim Maalouf

Too Many Zooz

Jambinai

Dominic Sonic

The Kills

The Libertines

The Pixies

Louane

By | 2016-11-16T09:13:30+00:00 novembre 7th, 2016|Concerts|0 commentaires

About the Author:

Laisser un commentaire