Dälek + Dead Obies à Bizarre! (Vénissieux)

Dälek + Dead Obies à Bizarre! (Vénissieux)

Pas de rock, ni de boogie woogie mais une bonne dose de hip hop en guise de prière du soir. Début novembre, Bizarre! s’est transformé en temple du flow grâce aux prédications intenses de Dälek précédées par les psaumes multilingues de Dead Obies. Halleluiah !

Démarrons par la prestation de Dead Obies, collectif canadien composé de 6 membres (5 voix et une platine). Le groupe avait investi mes oreilles il y a quelque temps avec le premier album Montréal $ud et j’avais hâte de voir ce que ça donnait en live. Ici la messe n’est pas en latin, mais dans un mélange de français et d’anglais que ne renierait pas un certain JCVD, avec quelques touches de slang québécois. Le melting pot de sonorités et de voix fonctionne vraiment sur scène, on shake le squelette sur les beats. Les premiers rangs sautent de plus en plus haut au fur et à mesure que les morceaux se succèdent. Même si les nouvelles chansons comme Monnaie manquent un peu de puissance, le groupe remplit la mission et offre un parfait warm-up.

Après ce premier office, Dälek investit la scène pour le plus grand plaisir des fidèles présents. Dès le premier morceau (Echoes of…), le son est lourd, le flow s’impose sans sourciller. Après une paire de chansons, MC Dälek demande à ce qu’on éteigne les lumières pour mieux plonger nos oreilles dans les ténèbres. Le morceau Ever Somber engloutit toute la salle dans un tourbillon distordu et l’hypnose sonique durera jusqu’à ce que les lumières se rallument.

Instant technique : les photos ont été prises avec un Nikon F100 (35, 85 33) sur du film HP5+ d’Ilford poussé à 1600 ISO et développé dans du LC 29 (1+9).

By | 2017-12-07T08:03:04+00:00 décembre 4th, 2017|Concerts|0 commentaires

About the Author:

Charles, 37 ans, basé à Lyon.
Plutôt argentique, plutôt rock, plutôt bière.

http://www.charlesfaitdelaphoto.com/

Laisser un commentaire