Voir toutes les photos

 

Le grand public voit souvent le Punk comme une musique jouée par des abrutis ou des musiciens minables incapables de faire autre chose. Bad Religion, groupe de Los Angeles ayant commencé leur carrière en 1979, est l’exemple type du groupe qui se positionne à l’inverse de ce cliché. Des gens particulièrement intelligents (Greg Graffin, le chanteur, est tout de même professeur de paléontologie spécialiste de la théorie de l’évolution à l’Université de Los Angeles) et d’excellents musiciens, mais jouant une musique viscérale, volontairement simple sans être simpliste, approchant au plus près le mode de pensée qu’ils se sont choisis, du punk par choix et non par dépit. A travers le label Epitaph fondé par leur guitariste Mr Brett, Bad Religion ont permis l’émergence de toute la scène punk américaine que j’affectionne particulièrement : Rancid, NoFX, Dropkick Murphys, Social Distortion et tellement d’autres. Voilà pour la présentation.

img3632

Quelques jours après leur passage encensé au Hellfest, ils étaient de retour au Bataclan (qu’ils n’avaient pas squatté depuis 2010) pour défendre leur excellent et déjà culte 16ème album « True North », paru en début d’année.Avec une ponctualité parfaite, les lumières s’éteignent alors que retentit l’intro de « Past Is Dead », intro qui fait immédiatement son petit effet. Lorsque le groupe entre sur scène, malheureusement sans ses guitaristes historiques restés au pays pour raisons personnelles, on est frappé par le charisme hallucinant de Greg Graffin et son look de quadragénaire tranquille, par le jeu surpuissant du batteur Brooks Wackerman mais aussi par le son plutôt brouillon de la soirée. Immédiatement, un étrange phénomène se met en place dans la salle : le pogo central, qui atteint parfois des proportions assez gigantesques sur certains morceaux (par exemple sur un enchaînement épique de « Nothing To Dismay », « You » et « Do What You Want ») est entouré par un public très calme, qui préfère apprécier tranquillement la prestation. Cette configuration est la parfaite illustration de la musique à 2 facettes de Bad Religion : une musique hyper énergique mais également dotée d’un génie mélodique hallucinant et de paroles intelligentes et terriblement bien écrites que l’on peut choisir d’écouter en profondeur.

img3623

La setlist de la soirée, sans surprise et similaire au reste de la tournée en salle, enchaîne les plus grandes hymnes du groupe (« Generator », « Suffer », « Punk Rock Song », « American Jesus »,) avec les singles du dernier album (« Fuck You », « True North », « Dharma And The Bomb », « Robin Hood In Reverse »), sans jamais baisser d’intensité et d’énergie. Les nouveaux morceaux passent particulièrement bien et sont déjà entièrement connus du public, ce qui n’est guère étonnant vu les tubes en puissance que c’est. Sur scène, le groupe fait plaisir à voir, enchaînant les blagues et les petites impros entre le morceau, se marrant, se souriant, vivant réellement leurs morceaux… Ils sont visiblement heureux d’être là malgré le poids des années qui se fait tout de même sentir. Si le chant, les chœurs et la précision des solos de guitare ne sont pas parfaits, les défauts du live sont largement compensés par l’énergie dégagée. Après 1h25 de show à un train d’enfer, ils quitteront la scène sous l’ovation générale (obligé de garder mes protections auditives pour ne pas me faire percer les tympans par les cris !).

img360

Au final, le concert était à la hauteur de ce que j’en attendais, et ce n’est pas peu dire : je rêvais de les voir depuis 13 ans, soit exactement la moitié de ma vie. J’ai quitté la salle trempé et épuisé, et je n’ai pu écouter aucun autre groupe depuis : signe d’un concert qui marque durablement.

Au niveau photos, j’ai utilisé mon fidèle Yashica Mat 124G, avec de la Tri-X 400 poussée à 3200. Les lumières étaient correctes et assez statiques sur les 3 titres, ce qui m’a grandement facilité le travail vu que les musiciens, eux, bougent pas mal.

 

Setlist :

  • Past Is Dead
  • We’re Only Gonna Die
  • New Dark Ages
  • True North
  • Anesthesia
  • Generator
  • I Want To Conquer The World
  • 21st Century (Digital Boy)
  • Overture
  • Sinister Rouge
  • Fuck You
  • Dharma and the Bomb
  • Recipe For Hate
  • Suffer
  • Sanity
  • Nothing to Dismay
  • You
  • Do What You Want
  • No Direction
  • Beyond Electric Dreams
  • Submission Complete
  • Come Join Us
  • Punk Rock Song
  • No Control
  • Robin Hood in Reverse
  • American Jesus
  • Sorrow
  • Fuck Armageddon… This Is Hell
  • Vanity
  • Infected
  • Dept. of False Hope

 

Voir une vidéo du set entier : https://www.youtube.com/watch?v=WuUfRfzwMZw (par Alexandre ARISTIDES)

Merci à GDP pour l’accréditation.

www.badreligion.com

 

 

Galerie :