Bachar Mar-Khalifé @ Le Trabendo

Bachar Mar-Khalifé @ Le Trabendo

Ha tiens, c’était il y a déjà 6 semaines ? Bon on va dire que faire développer une pellicule diapo, c’est un peu long…

Bon c’était donc mi-septembre, à l’époque, c’était encore l’été, il faisait beau et le festival SMMMILE se tenait au Trabendo. La rumeur dit que c’était un festival vegan, mais force est de constater que ce n’était pas très clair pour le badaud de passage. Pour ma part, j’y ai surtout vu une belle prog, et l’occasion de voir The Water Wheel, le nouveau projet de Bachar Mar-Khalifé, au sec et en salle (j’avais eu un aperçu sous des trombes d’eau aux Eurockéennes).

J’arrive donc au Trabendo en plein de concert d’Islam Chipsy & Eek, de l’électro-chaâbi égyptien augmenté de 2 percussionnistes déchainés qui font péter les décibels dans la salle. L’ensemble est assez hypnotique en live et on se laisse bien embarquer assez facilement dans la transe festive. Je suis moins sûr du résultat un dimanche aprèm à la maison, mais ce n’est pas l’idée de ce genre de son.

Islam Chipsy

Mais revenons à nos moutons, j’étais là pour Bachar Mar-Khalifé. Fait surprenant, à chaque fois que je le vois sur scène, sa formation s’augmente de quelques musiciens. Après les débuts en solo, il tournait récemment à 4 (basse, batterie + saz), pour ce projet la formation se voit encore augmentée de deux musiciens avec Natascha Rodgers aux percussions (qui viens de sortir un album solo après avoir tourné avec Zap Mama) et Yacir Rami au oud (qui lui aussi viens de sortir un album solo en plus de son poste de oudiste pour Oum).

Tout ce beau monde se retrouve ici pour rendre hommage à Hamza El Din, oudiste nubien qui officiait dans les années 70 et qui visiblement à inspiré du beau monde (Bob Dylan ou le Greatful Dead d’après les internet… pour ma part je n’étais pas là à l’époque et je ne découvre notre oudiste nubien que via ce projet). La performance du projet consiste donc à faire transformer une voix et un oud en un ensemble pour 6 musiciens ou chacun trouve sa place et à rejouer un répertoire des années 70 en 2017 sans sonner vintage : mission accomplie avec brio par Bachar Mar-Khalifé.

Bachar Mar-Khalifé – The Water Wheel

À l’écoute de Hamza El Din, on comprend assez rapidement comment notre pianiste libano-français a pu tomber amoureux de ce répertoire. On retrouve dans les compositions du premier cette recherche de la transe, du point d’orgue exutoire, où chaque étape du morceau nous y amène. Transe évidemment merveilleusement retranscrite sur scène par nos 6 musiciens.

À mon grand regret le concert est relativement court (1h), au grand regret de certaines autres personnes, il n’y aura pas de morceaux classiques du répertoire de Bachar Mar-Khalifé (mes voisins demandent un Lemon qu’ils n’auront jamais), ceci-dit la transition d’univers me semblait un peu brutale. Quoi qu’il arrive, c’était une heure de grand plaisir pour ma part et c’est toujours ça de pris !

Bachar Mar-Khalifé

Cette date faisait partie d’une petite tournée préalable à l’enregistrement d’un album qui visiblement suit actuellement son cours. Autant dire que de mon côté j’attends avec grande impatience.

Pour la partie technique, les images ont été prises avec un Leica M6 et un Contax RTS armés de Neopan 1600 développé au LC29, ainsi que quelques images prises au Nikon FE2 sur de la diapo Ektachrome Panther 1600 salement périmée.

Pour finir, un grand merci à Marion Chapdelaine et au Trabendo !

 

By | 2017-11-08T16:19:41+00:00 octobre 22nd, 2017|Concerts|0 commentaires

About the Author:

www.olivier-off.com

Laisser un commentaire