Alter Egon + The Spitters – Studio18 (Hyères) – 15/04/2017

Alter Egon + The Spitters – Studio18 (Hyères) – 15/04/2017

C’est en faisant un saut sur les réseaux sociaux que l’évènement se fait connaître : un concert de punk dans l’aire Toulonnaise ? Pourquoi pas !

Il suffit du bon contact qui se présente et me voilà avec une accréditation en poche pour faire les photos du concert !

Le studio18 ? Inconnu au bataillon, et il n’y en a pas trente six milles des salles de concerts ici. Normal, ce n’en est pas une … mais un vrai studio d’enregistrement.

Plus exactement, Le studio dans lequel sont pensés, enregistrés et arrangés les albums d’un des groupes. A la maison quoi !

ALTER EGON

La soirée commence fort.

Un quatuor germanique. La voix pointue et piquante à souhait de la chanteuse s’accorde de façon subtile (ou pas ) aux vestes en jeans trouées des trois musiciens qui l’accompagnent (guitare, basse, batterie), une bouteille de vodka posée devant la setlist. Voilà qui donne le ton. Entre deux titres, on nous vante les mérites du café arrosé … au pastis. Oui bon, on est sceptique nous les sudistes mais le bassiste nous l’assure : c’est très bon !

En quelques mots : on est devant du punk des années 80, bien rythmé et entrainant (leur bandcamp : c’est ).

 THE SPITTERS

Le voici, le groupe de garage punk signé par Le label Varois : Death To Majors records (label « suicidaire » fondé par les deux guitaristes du groupe Mystik Motorcycles et qui produit à ce jour 5 groupes varois).

Pour les intimes : Max à la guitare et voix lead, Arnaud qui lui est aussi à la guitare, Dorian batteur et enfin Alexandre à la basse.

Ce soir, ils nous présentent en grande partie leur deuxième et dernier album : Movement, sorti en 2016 et enregistré ici même, au studio18 (en écoute sur leur bandcamp : ici)

Tout de suite, on sent une belle énergie qui se dégage du groupe : échanges de regards, sourires, complicité… ça promet du bon.

Dès le premier titre, on est dedans. Ça joue d’entrée de jeu avec un tempo speed et agressif tout en restant mélodique.

 Influences à la The Hives / The Briefs, on est bien sur une ambiance garage / punk / pop.

Des décibels ? Point trop n’en faut. Et c’est exactement la démarche qui est adoptée.

Le groupe est là pour communiquer avec nous au travers de leur musique tout en se faisant plaisir. Après deux ou trois morceaux, on a juste envie d’aller se reprendre une bonne mousse histoire de savourer encore plus le moment.

Alors quand Arnaud se décide à faire un tour dans la fosse aux lions, on atteint le summum : public transporté, riffs de guitares déchainés … ambiance !

 L’exiguïté de la salle joue pour beaucoup dans ce partage : le public danse (presque) sur scène, chopes à la main, entrainé par leurs homologues germaniques, natürlich.

Ce qu’on retient : Un groupe solide ayant trouvé sa stabilité et son identité, une énergie sur scène débordante, un batteur charismatique et haut perché sur son tabouret, le final à la limite du psychédélique avec You Say No et ses variantes de tonalités grinçantes.

Ce qu’on regrette : L’absence du port des masques pendant l’interprétation de Come In qui nous envoie du rêve dans le clip officiel ( à voir ici)

Côté technique : Les photos ont été prises avec un Canon EOS 33 + 50mm 1.8 et au Yashica 12 // HP5+ poussée à 3200, développement fait maison dans du Ilfotec LC29 (1+9). 

By | 2017-05-02T13:52:37+00:00 mai 2nd, 2017|Concerts|0 commentaires

About the Author:

Laisser un commentaire